Culture

Le vin : un art de vivre

sublimestylee / 13 May 2017
vin-un-art-de-vivre

Quand on parle de la gastronomie, le vin n’est pas souvent très loin. Que ce soit lors d’un pique-nique, soit dans les repas gastronomiques, ce type de boisson est synonyme de partage et aussi de convivialité. Anciennement observé en tant que source nutritionnelle très importante, le vin est un élément capital de l’art de vivre.

Pratique de l’utilisation du vin

Déjà depuis l’antiquité, le vin requiert l’application de certains gestes précis, de codes et surtout d’une pièce de vaisselle spécifique. Dans le monde entier, il existe plusieurs aspects du partage du vin, en allant de l’art ancestral vers le service des grands repas gastronomique. Récemment, l’UNESCO a reconnu cette pratique comme un élément du patrimoine immatériel de l’humanité, faisant partie de l’art de vivre.

Le vin accompagne toujours nos habitudes alimentaires, quelle que soit son envergure. Le régime méditerranéen reflète la consommation du vin avec modération durant les repas. C’est un style de vie reconnu et apprécié. Dans certains pays, tels que l’Espagne, le vin est habituellement consommé dans le cadre d’un régime alimentaire équilibré. La loi accepte qu’il fasse partie des aliments clé pour un mode de vie sain.

En effet, depuis le XIXème siècle, le vin appartient à la civilisation méditerranéenne. Il est toujours présent en tant qu’élément de l’alimentation, dans les faits culturels, religieux ou mythologiques. Déjà, dans l’Antiquité, la consommation de vin est courante en France. Mais ce n’est qu’au XVIIIème siècle que la viticulture française commence à s’installer et se développer. Depuis lors, les représentations de la « pratique du vin » se répandent.

Le vin sous ses différentes formes de représentation

Depuis le XIXème siècle, la conception n’a cessé de s’évoluer. D’où la création de nouvelles techniques de vinification, le perfectionnement de la qualité, de la conservation ainsi que de la distribution, conduisant à un développement notable de la production et de la consommation. Le vin se transforme par la suite en un enjeu économique, mais également culturel, idéologique, politique, sanitaire, social et moral.

De nombreuses normes sont requises en matière de vin. Tout d’abord la préparation à la dégustation. Le service doit passer dans le bon ordre. Les bouteilles à servir doivent être prêtes au préalable. A ce titre, il faut se limiter à trois types de vins par déjeuner ou dîner pour les savourer pleinement. Les blancs doivent passer avant les rouges, qui précèdent les vins doux, afin de préserver les papilles en éveil. Entre autres, il est nécessaire de boire le vin en fonction de l’âge, du jeune au plus vieux. Et le vin sec ou étoffé suivra le vin doux ou plus léger.

Il est préférable de consommer le vin à la bonne température. Généralement, celle-ci ne doit jamais dépasser les 20°C, pour ne pas saccager les arômes qui semblent délicats et que seul l’alcool domine. Les températures de service varient selon le type de vin. Les grands vins blancs, comme les Bordeaux sont favorables à 14°C ; les vins blanc secs, entre 8°C et 14°C ; les grands vins rouges comme les Bordeaux, les Bourgogne, la vallée du Rhône, entre 15°C et 18°C, et les vins rosés sont parfaits entre 10°C et 12°C. Quant aux vieux vins ou les vins tanniques, le rouge nécessitera d’être bu plus chaud lorsqu’il est jeune et léger.

art-de-vivre-le-vin